Trouver une formation

Management - Qualité - Organisation - Clinique - Pédagogie

Actualités
2 août 2018

La simulation pour développer la flexibilité cognitive : y aviez-vous pensé ?

La simulation  pour développer la flexibilité cognitive : y aviez-vous pensé ?

Depuis 5 ans, le GRIEPS vous accompagne à l’acquisition de compétences pour l’usage de la simulation comme méthode d’apprentissage. Au fur et à mesure des recherches scientifiques, et notamment celles en sciences cognitives, nous performons notre approche. La simulation vise l’acquisition et le renforcement des comportements professionnels. Mais avons-nous pensé à concevoir des scénarios dans l’idée d’exercer la flexibilité cognitive pourtant essentielle à la qualité du traitement des situations ?

Cerveau

  • Quels sont les systèmes cognitifs convoqués dans le traitement des situations ?

Dans les années 2000, le psychologue Daniel Kahneman met en évidence deux systèmes cognitifs régissant notre façon de penser et de décider : le Système 1 ou heuristique, ultra-rapide, intuitif et émotionnel et le Système 2 ou algorithmique, analytique, plus lent, plus réfléchi, plus contrôlé et plus logique.

Plus récemment en 2014, Olivier Houdé[1] identifie le système de l’inhibition cérébrale dit système 3, sous-tendu par le cortex préfrontal. Pour ce chercheur, ces 3 systèmes cognitifs entrent sans cesse en compétition au décours des situations qui viennent à nous. C’est le combat entre les heuristiques sensorielles comme par exemple, les illusions d’optiques, les heuristiques de raisonnement comme le fait d’être plus attentif à la conclusion d’un raisonnement qu’à la validité de son déroulé et les heuristiques dites égocentrées comme penser à partir de son prisme, de son angle de vue, de ses préjugés… Ce système permet l’arbitrage, au cas par cas, entre les deux premiers.

  • Qu’est-ce que la flexibilité cognitive ?

C’est la capacité de contrôler ou bloquer le système 1 régissant nos stratégies spontanées, stratégies pouvant amener des erreurs de raisonnement. « Il faut entraîner le cerveau à résister aux automatismes de pensée, être capable de passer de l'automatisme à l’analyse, d'une zone du cerveau à une autre » dit l’auteur en ajoutant « qu’entraîner à cette flexibilité est le rôle de l’école et de la formation par conséquent » ! Développer la résistance cognitive, c'est développer sa capacité d'autocritique et de retenue. Ceci s’entraîne même déjà à l’enfance par tous un tas de jeux de patience et de coopération. Ceci s’exerce encore à l’âge adulte par l’entraînement et la conscience réflexive de nos fonctionnements.

Systemes cognitifs

  • Construire des scénarios pour générer des algorithmes fiables et pertinents

C’est tout l’enjeu de la simulation qui vise à faire passer les connaissances déclaratives intégrées dans les mémoires sémantiques, épisodiques en connaissances organisées pour l’action dans la mémoire procédurale à long terme. Apprendre comme l’avait dit Piaget, c’est construire des schèmes, des algorithmes grâce à la confrontation de situations à fort potentiel de développement. Ici, les scénarios peuvent être pensés au niveau cognitif « Appliquer » selon la taxonomie de Bloom revisité. Il s’agit dans cet objectif, de s’entraîner à construire ses schèmes d’action efficaces. Par exemple : savoir réaliser tel ou tel acte, appliquer telle ou telle procédure…

  • Construire des scénarios pour entraîner la capacité d’inhibition

C’est l’inverse ! La simulation est essentielle pour faire apprendre, de façon explicite, à résister à ses automatismes qui peuvent être des biais de raisonnement bien connus dans la clinique comme le biais d’ancrage ou de biais de confirmation[2]. Ainsi, c’est le cas des scénarios conçus au niveau cognitif « Analyser/Évaluer ». En effet, dès le briefing, l’apprenant se fait une première image d’une situation clinique à laquelle il va être confronté. Mais, en contact avec la situation, il va devoir alors faire l’effort d’inhiber cette première représentation, ses heuristiques pour analyser, évaluer et proposer un algorithme efficace pertinent.

La simulation est essentielle car les erreurs sont persistantes et certaines d’entre elles referont souvent surface, tant elles sont le fruit de connections synaptiques solides et longuement sollicitées ! Il en faudra des séances de simulation pour apprendre progressivement à construire de nouveaux réseaux synaptiques plus performants.

Ainsi, tout l’art du briefing porte sur ce switch : aller/retour entre les heuristiques et algorithmes appelé flexibilité cognitive. « Muscler l’inhibition cérébrale permet de dépasser les erreurs persistantes ! » nous dit Olivier Houdé. 

Cibles Objectifs apprentissage

  • Qu’est-ce que l’on fait bouger dans le cerveau quand on apprend ?

Ainsi, la simulation est un apprentissage performant à plusieurs titres.

  1. Au niveau du cerveau, pour mémoriser, elle permet de déploiement de dendrites à la recherche de connexions faisant les liens entre les savoirs d’un système de mémoire à un autre.
  2. Elle permet par la répétition, le renforcement des connections synaptiques des schémas d’action ou algorithmes logiques pour une rapidité d’exécution et du traitement de l’information, c’est l’automatisation.
  3. Avec l’entraînement à l’inhibition d’heuristiques inappropriées, elle permet la flexibilité cognitive qui permet l’intelligence.
  • Pour conclure

Même les adultes expérimentés, les spécialistes font des erreurs, justement par manque d’activation du système 3.

L’enjeu est d’en être conscient, de prendre conscience de nos heuristiques prégnantes, de s’entraîner à l’inhibition, pour nous ouvrir à une plus grande intelligence aux autres et, aux situations.

Cela devient un nouvel objectif pour tout formateur.

Le GRIEPS dans ses formations Simulation en Santé est très attaché à caractériser en quoi les dispositifs de formation, les conditions de celles-ci, les postures et styles d’animation du formateur participent à un apprentissage de qualité durable.

Au plaisir sur l’un de nos modules !

 

[1] Houdé Olivier Apprendre à résister,  éditions Le Pommier, 2017. Chercheur,  professeur de psychologie du développement à l'université Paris Descartes 

[2] Biais d’ancrage biais cognitif qui pousse à se fier à l'information reçue en premier dans une prise de décision.

 Biais de conformation : biais cognitif qui consiste à privilégier les informations confirmant ses idées préconçues ou ses hypothèses (sans considération pour la véracité de ces informations) et/ou à accorder moins de poids aux hypothèses et informations jouant en défaveur de ses conceptions

Par Hélène BELOU

Toutes les actualités

Les autres actualités

12 juillet 2018

Dalila Echraibi

Dalila Echraibi

C'est avec beaucoup de tristesse que nous vous informons du décès de Dalila Echraibi. Dalila était au GRIEPS depuis 1978, c’est-à-dire presque ...

Lire la suite
5 juillet 2018

Bonnes vacances !

Bonnes vacances !

Toute l'équipe du GRIEPS sera absente du 6 au 17 août 2018 inclus.

Lire la suite
22 juin 2018

Du bonheur au travail !

Du bonheur au travail !

Le Grieps s’engage pour répondre aux besoins des équipes de terrain, notamment dans le soutien aux actions de Qualité de Vie au Travail.

Lire la suite
20 juin 2018

Le GRIEPS recrute

Le GRIEPS recrute

Dans le cadre du développement de ses activités, le GRIEPS renforce son équipe de formateurs occasionnels.

Lire la suite
14 juin 2018

Congrès des soins somatiques et de la douleur en santé mentale

Congrès des soins somatiques et de la douleur en santé mentale

Le congrès des soins somatiques et de la douleur en santé mentale aura lieu du 27 au 29 juin 2018 à l'Institut Pasteur de Paris (15e).

Lire la suite
18 mai 2018

Le catalogue e-learning 2019 est disponible

Le catalogue e-learning 2019 est disponible

Le catalogue e-learning 2019 est désormais disponible au téléchargement.

Lire la suite
7 mai 2018

Le catalogue 2019 est disponible

Le catalogue 2019 est disponible

Le catalogue 2019 du GRIEPS est disponible. Vous pouvez le télécharger gratuitement au format pdf.

Lire la suite
7 mai 2018

SANTÉ et FORMATION : une responsabilité partagée de solidarité et d’innovation face à des enjeux communs

SANTÉ et FORMATION : une responsabilité partagée de solidarité et d’innovation face à des enjeux communs

Les champs de la santé et de la formation reposent sur des origines différentes mais présentent des liens, voire des similitudes, dans leurs enjeux...

Lire la suite
4 mai 2018

Au fait, qui sommes-nous vraiment ?

Au fait, qui sommes-nous vraiment ?

Découvrez la formidable aventure d’un groupe de personnes qui se positionne en soutien à tous les professionnels au service de l’humain.

Lire la suite
19 février 2018

Le GRIEPS accueille une nouvelle responsable régionale

Le GRIEPS accueille une nouvelle responsable régionale

Dominique BOURGER a été responsable de la région Nord-Est durant près de 15 ans. Suite à son départ à la retraite fin janvier, de nouveaux réf...

Lire la suite
5 janvier 2018

Zoom sur le numérique

Zoom sur le numérique

À l'heure où la révolution numérique impacte toutes les économies et les sociétés et qu'elle s'inscrit comme un véritable changement culturel,...

Lire la suite
1 janvier 2018

Zoom sur le co-développement

Zoom sur le co-développement

LE CO-DÉVELOPPEMENT : PRÉVENIR OU SORTIR DE L’ISOLEMENT ET PROMOUVOIR L’INTELLIGENCE COLLECTIVE « Le groupe de co-développement professionnel...

Lire la suite
1 janvier 2018

Zoom sur l'appreciative inquiry

Zoom sur l'appreciative inquiry

« Appreciative inquiry » peut être traduit par « exploration appréciative » ou « enquête valorisante » (Réf. : Pagès 1. Appreciative in...

Lire la suite
1 janvier 2018

Zoom sur le coaching

Zoom sur le coaching

Pour qui est le coaching individuel ? Dans quelles situations ? ...

Lire la suite
1 janvier 2018

Zoom sur le team-building (coaching d'équipe)

Zoom sur le team-building (coaching d'équipe)

Pour qui ? Dans quelles situations ? Pour quoi ?...

Lire la suite