Skip to content

40 ans 40 cadeaux : mai 2016, mois de l’Oncologie

13 avril 2016
40 ans 40 cadeaux : mai 2016, mois de l’Oncologie
Cancer : (Mot latin, Crabe). Ensemble de cellules indifférenciées qui, échappant au contrôle de l’organisme, se multiplient indéfiniment, envahissent les tissus voisins en les détruisant et se répandent dans l’organisme en métastases. Source : Le Petit Larousse illustré 2011.
La recherche sur le cancer remonte à l’antiquité.
Les traces les plus anciennes du cancer se trouvent dans des fragments de squelettes humains datant de la préhistoire. On le rencontre aussi sur des momies découvertes dans des pyramides égyptiennes. On parle également du cancer sur des tablettes recouvertes de caractères cunéiformes de la bibliothèque de Ninive. Hippocrate (460-377 av. JC.), médecin grec, reconnaît les différences entre les cellules malignes et bénignes. L’apparence de certains cancers de la peau (mélanome) lui rappelait la forme d’un crabe (krakinos). Aulus Cornelius Celsus (25 av. JC – 50 ap. JC), décrit les différents degrés dans l’évolution de la maladie : le premier degré appelé « cacoethes » en grec est suivi par un carcinome sans ulcération et ensuite arrive la lésion exubérante.
Déjà, dans l’antiquité, le traitement du cancer est associé au degré d’avancement de la maladie et comme aujourd’hui, ils se fait en fonction du stade de la maladie. C’est Galien (130-201) médecin romain, qui élaborera des théories valables pendant un millénaire.
Au moyen âge, les chirurgiens participent à une meilleure compréhension du cancer : Avicenne (980-1106), recommande l’excision de la tumeur lorsque le cancer est en début d’évolution. Marco Aurelio Severini (1580-1656), décrit les différentes tumeurs bénignes et malignes du cancer du sein avec leur diagnostic différentiel. Il est le premier à illustrer ses descriptions avec des dessins. Il conseille aussi d’enlever les tumeurs bénignes car elles risquent de dégénérer.
Durant la période de l’époque moderne (1500-1800), les connaissances anatomiques augmentent car les autopsies sont autorisées. Johann Schultes (1595-1645), s’illustre par ses dessins d’actes chirurgicaux et d’instruments de dissection : il dessine, entre autres, les différentes étapes d’une masectomie. Le Docteur Henri François le Dran (1685-1770), décrit que le cancer débute localement et s’étend ensuite par les canaux lymphatiques vers les ganglions lymphatiques. Il préconise l’excision de la tumeur et des ganglions lymphatiques axillaires.
Xavier Bichat (1771-1802), découvre que les différentes localisations du cancer ne sont qu’une seule et même maladie touchant le même tissu mais dans différents organes. C’est le début de la notion de métastase. Les connaissances et le traitement du cancer progressent : en 1895, la découverte des rayons X et, en 1898, la découverte de la radioactivité, bouleversent les thérapeutiques.
Par la suite, la chimiothérapie, qui utilise différentes molécules pour détruire les cellules malignes, se développe. L’imagerie médicale se développe aussi et utilise des appareils de plus en plus sophistiqués et performants (IRM, Pet scan). On tente aussi de déterminer le profil génétique des tumeurs et de corréler celui-ci à l’efficacité du traitement entrepris. Cette approche permettra de faire des traitements « sur mesure » et donc plus efficaces.
En cent ans, les médecins sont passés de très peu de moyens disponibles pour traiter les patients, à l’atteinte de taux survie et de taux de guérison que personne n’aurait cru possibles il n’y a encore pas si longtemps.
On sait aujourd’hui qu’il n’existe pas un cancer par organe, mais une multitude de sous-types de cancers présentant chacun des anomalies particulières au sein des cellules cancéreuses et de leur environnement. Les traitements de médecine de précision, visent à bloquer ou corriger ces perturbations en ciblant les anomalies moléculaires qui en sont responsables. La médecine de précision, également appelée médecine personnalisée, a ainsi pour objectif de proposer au patient un traitement adapté aux anomalies de sa tumeur. Elle repose actuellement sur deux types de traitements, les thérapies ciblées et l’immunothérapie spécifique. Au regard de l’avancée des connaissances sur le cancer, des points de vue, la clinique, tissulaire, cellulaire et moléculaire au cours des 100 dernières années, il n’est pas trop optimiste de penser que le monde assistera à une réduction majeure de l’incidence du cancer et de la mortalité. Ainsi, bien que les cancers soient de plus en plus nombreux, on les guérit de mieux en mieux : le taux de mortalité par cancer diminue de 1,6% par an depuis 1991 chez les hommes et de 0,8% par an depuis 1993 chez les femmes. En France, on guérit aujourd’hui un cancer sur deux. Et grâce à la recherche, notre objectif est d’en guérir 2 sur 3 d’ici 10 à 15 ans.
Quelle prise en charge des cancers en 2020 ?
La cancérologie traverse une révolution profonde, provoquée par l’arrivée de la médecine personnalisée, de nouvelles formes de chimiothérapies orales et du développement de l’ambulatoire.
UNICANCER a publié en octobre 2013 les résultats de son étude prospective : « UNICANCER : Quelle prise en charge des cancers en 2020 ? », qui identifie 6 tendances les plus structurantes pour la prise en charge des patients atteints d’un cancer à l’horizon 2020. À savoir que :
  • Demain, la chirurgie ambulatoire sera une pratique courante en cancérologie.
  • Demain, la radiothérapie sera plus ciblée et plus sécurisée.
  • Demain, la chimiothérapie sera dispensée par voie orale et réalisée à domicile.
  • Demain, la biologie moléculaire permettra de mieux caractériser les tumeurs.
  • Demain, la radiologie interventionnelle permettra de remplacer certains actes de chirurgie par des actes moins invasifs.
  • Demain, les soins de support seront considérés comme indispensables à tous les patients traités pour un cancer.
Ce mois-ci, sur le thème de l’Oncologie, le GRIEPS vous fait gagner :
  1. un accès aux modules e-learning sur l’Oncologie pendant 4 mois.
  2. une place à un stage inter appartenant au domaine de l’oncologie.
  3. une boite surprise GRIEPS.
Les gagnants seront tirés au sort parmi les internautes ayant rempli dans le mois, ce formulaire. Aussi, n’hésitez pas à revenir tenter votre chance le mois suivant !
Quelques dates marquantes pour l’oncologie :
  • 1895 : Wilhem Röntgen (physicien allemand) découvre les rayons X.
  • 1898 : Pierre et Marie Curie découvrent le radium.
  • 14 mars 1918 : Fondation de la ligue par Justin Godart.
  • 1922 : Début de l’action de l’État dans la lutte contre le cancer.
  • 1930 : Première « Semaine nationale de défense contre le cancer ».
  • 1933 : Création de l’Union internationale contre le cancer.
  • 1998 : Premiers États Généraux des malades atteints de cancer.
  • 24 mars 2003 : Annonce du premier Plan Cancer.
  • Février 2008 : Création du Comité éthique et cancer.
  • 2 novembre 2009 : Annonce du second Plan Cancer.
  • 4 février 2014 : Annonce du troisième Plan Cancer.

Articles susceptibles de vous intéresser

13 mai 2024

Éviter les Chutes, préserver l’autonomie : le Référent Chute et sa quête de sécurité

23 avril 2024

Le nouveau catalogue 2025 est disponible !

02 avril 2024

Hommage à Cécile Boisvert, pionnière en Sciences Infirmières en France

Demande de catalogue

Les champs précédé d’un * sont obligatoires