Skip to content

La coopération au cœur du soin

30 avril 2015
La coopération au cœur du soin

Cependant, que ce soit en amont dans le cadre de la recherche, puis de son déploiement ou ensuite, lors de sa mise en œuvre auprès du patient, c’est la coopération que les professionnels ont su mettre en œuvre entre eux et avec le patient et son entourage qui a rendu cette réussite possible et qui en a catalysé les effets.

Cette coopération est aujourd’hui devenue, de façon incontournable, le ciment de la performance clinique et managériale et constitue à ce titre le défi  de notre système de santé et de la professionnalisation des soignants. Si les enjeux s’expriment en priorité en termes de performance, c’est aussi l’attractivité de cette activité et de ces professions qui pourrait s’en trouver accrue.

Derrière cette expression sont invitées, en particulier dans le champ de la santé, plusieurs notions telles que la pluridisciplinarité et l’interprofessionnalité, mais aussi des considérations managériales et sociétales comme l’intergénérationnalité et l’interculturalité, les objectifs partagés, la vision, le sens et le but commun, et dans une dimension plus morale : la solidarité.

La traduction du concept et de l’attitude emblématiques de la coopération se retrouve au centre de la construction de différents dispositifs, de démarches et de programmes portés nationalement qui fédèrent les équipes et les professionnels :

  • Les Communautés Hospitalières de Territoires (CHT) dont la finalité est la recherche de la meilleure utilisation des ressources à disposition des établissements et la complémentarité entre les acteurs au travers des conventions reposant sur une stratégie commune et la gestion partagée de certaines fonctions.
  • Les parcours de soin et en particulier le PAERPA pour une prise en charge optimisée de la Personne Âgée En Risque de Perte d’Autonomie, et coordonnée entre les acteurs de ville et ceux de l’hôpital.
  • Les protocoles de coopération entre professionnels qui consistent en des transferts d’activité ou d’actes de soins médicaux aux professionnels paramédicaux.
  • Le projet PACTE de la HAS dont l’objectif est de sensibiliser les professionnels aux pratiques collaboratives autour de la qualité et de la sécurité des soins.

Le « savoir-coopérer » est non seulement une posture, mais doit aussi s’envisager comme une compétence à part entière. Même si elle ne pourra s’exprimer qu’en situation professionnelle, cette compétence doit se construire dès la formation initiale et s’exercer en particulier au travers des stages.

En formation continue, cela engage à réfléchir à sa posture et devenir un espace de questionnement sur sa pratique et son positionnement professionnels et à apprendre à partager, dans une dynamique d’équipe, les forces, les enjeux et les intérêts de l’action collective et individuelle.

Le GRIEPS, qui fête en 2016 ses 40 ans, a depuis près de 20 ans choisi le statut de SCOP c’est-à-dire de Société Coopérative et Participative avec la volonté d’internaliser la coopération en tant que principe de gouvernance.C’est également l’affirmation que la richesse est dans la différence et la diversité et que, dans le processus de construction de la valeur, l’addition de deux éléments donne une somme plus importante que leur simple juxtaposition.

Auteur : Véronique BELLIARD – PDG du GRIEPS

Articles susceptibles de vous intéresser

02 avril 2024

Hommage à Cécile Boisvert, pionnière en Sciences Infirmières en France

18 mars 2024

La posture éducative : comment évaluer son apprentissage ?

29 février 2024

L’observation clinique en psychiatrie, approche sémiologique

Demande de catalogue

Les champs précédé d’un * sont obligatoires