Skip to content

Les soins de bien-être par le toucher auprès des personnes âgées et/ou en situation de handicap

13 mars 2022
Les soins de bien-être par le toucher auprès des personnes âgées et/ou en situation de handicap

Elle ne présente pas de troubles cognitifs mais se dit fatiguée par la vie. Elle participe activement aux activités proposées au sein de la structure même si elle passe de longs moments dans sa chambre. Béatrice aime « guetter » les personnes qui passent dans le couloir, pour accrocher un regard ou un mot.

Praticienne en massage bien-être, j’interviens 2 fois par mois au sein de cet EHPAD pour y pratiquer des massages de bien-être et plus particulièrement celui des mains.Lorsqu’elle me voit passer dans le couloir, Béatrice me fait de grands gestes comme pour se manifester et ne pas être oubliée. Elle est toujours impatiente de pouvoir bénéficier de cette prestation. Béatrice se réjouit d’avance car elle sait qu’elle va passer un moment de détente, que ses douleurs aux mains vont s’apaiser et que la souplesse de ses doigts va la surprendre après le soin. De plus, ce temps dédié de proximité lui permet aussi d’évoquer son passé, ses heureux souvenirs comme les plus douloureux, et ce en quoi ses mains ont été tellement importantes dans sa vie.

Pendant toute la durée du massage, le visage de Béatrice reste radieux. J’observe et ressens sous mes mains la dissipation progressive des tensions musculaires et ostéo-articulaires, le lâcher-prise, puis l’état de détente procuré. Parfois, Béatrice s’assoupit tout en conservant son sourire aux lèvres… Lorsqu’elle s’éveille, dans un grand soupir d’aise, nous débriefons ensemble sur ses ressentis mais ses yeux parlent déjà pour elle…

Pour mieux comprendre ce que Béatrice ressent, que pourrions-nous en dire ?

Le massage bien-être : expression du toucher relationnel

Le massage peut s’appréhender comme un ensemble de pratiques manuelles qui exercent une action sur le corps humain, dans un but thérapeutique ou de bien-être.

Dans les médecines dites complémentaires, le massage fait partie des méthodes préventives et hygiéniques (au sens d’hygiène de vie). Il peut être ainsi envisagé pour ses actions détoxifiantes, revitalisantes, énergisantes ou relaxantes, ainsi que pour son activité réflexe[1].

Le massage bien-être, par différentes manœuvres spécifiques (effleurages, pressions, frictions, percussions, pétrissages, vibrations…), relance le mouvement, mobilise toutes les fonctions métaboliques. Il favorise les échanges en accélérant la circulation et amplifie ainsi la filtration des liquides (sang, lymphe…) favorisant ainsi l’élimination des déchets vers les émonctoires. Ce « nettoyage du milieu intérieur » améliore ainsi l’accès aux nutriments et l’oxygénation cellulaire si importante pour une bonne santé globale[2]. En stimulant l’ensemble du système physiologique, le massage bien-être facilite aussi la régularisation du fonctionnement intestinal. Il soutient donc également la fonction immunitaire.

Les bénéfices du massage bien-être sont nombreux puisque celui-ci concoure aussi au soulagement des tensions physiques ou mentales. Il libère la circulation des énergies, développe les capacités sensorielles et invite à une reconnexion à son corps, à son « soi profond ». L’état de détente globale et de relaxation profonde qu’il procure, crée un climat propice au sentiment de bien-être. Ainsi, « Selon toute vraisemblance, le massage permettrait d’accélérer le retour à la normale à la suite d’un stress physique ou psychologique en stimulant l’activité de la branche parasympathique du système nerveux autonome »[3]. Par la voie du système parasympathique, le massage va soutenir la reconstitution des ressources, créant un cercle vertueux par son action intersystémique (en stimulant l’ensemble du système physiologique, il mobilise toutes les fonctions métaboliques).

La peau, organe sensoriel : ce toucher qui nous touche…

« Depuis des milliers d’années, une forme ou une autre de massage ou d’imposition des mains a servi à guérir et/ou à soulager les êtres humains »[4].

Qui dit massage bien-être, « dit toucher, contact, relation avec ce qui est à l’extérieur de nous »[5]. Or, pour les êtres humains, le toucher revêt un caractère vital. Il est l’un des premiers sens à se développer, essentiel pour un développement physique, affectif et cognitif harmonieux de l’enfant…

Un toucher attentif et empathique lui apporte chaleur, douceur, bien-être, vitalité… qui renforceront la confiance, le sentiment de sécurité, l’estime de soi. Autant de facteurs qui interviendront ultérieurement dans la capacité à accueillir les émotions et à gérer les stress auxquels tout individu est confronté.

La peau étant l’un des sièges de la mémoire, le toucher est aussi l’un des sens le plus préservé chez les personnes très âgées et devient parfois un mode de communication privilégié avec ces dernières.

Nous connaissons bien, aujourd’hui, le rôle de certains récepteurs sensoriels dont la peau, notre enveloppe protectrice, est largement pourvue. En effet, les endorphines, substances biochimiques sécrétées par le cerveau (au niveau de l’hypothalamus et de l’hypophyse) au cours d’un massage (ou pendant certaines activités comme le sport, à l’écoute d’une musique agréable… ou toute autre activité procurant du plaisir) viennent se fixer à ces récepteurs sensoriels[6].

Les endorphines ont une action antalgique (réduisent les sensations de douleur), anxiolytique (apaisent l’anxiété et le stress), et induisent un état de relaxation, parfois de somnolence. Leurs bienfaits durent environ entre quatre et six heures. « Elles sont liées à l’homéostasie et à l’immunité et sont notamment très précieuses dans la lutte contre le stress »[7].

Cette production d’endorphines lors d’une stimulation sensorielle comme le massage bien-être souligne « l’interdépendance qu’il existe entre notre capacité au bonheur, notre bien-être et notre santé physique » (…) Cette pratique permet d’augmenter notre vitalité et de stimuler la force de guérison qui est en nous »[8].

Le massage bien-être comme processus interactionnel

Par essence, le massage instaure un échange ! En effet, « Le massage opère un échange d’énergie dans le contact des mains qui donnent et reçoivent à la fois, et de la peau. Par vos mains, vous découvrez ce qui fait la spécificité de la personne que vous massez, par sa peau, elle reçoit le don de votre toucher »[10]. L’auteur explique que les termes « donner » et « recevoir » sont trompeurs, car pour que le « pouvoir de guérison du massage » puisse émerger, les deux partenaires doivent avoir conscience de leurs rôles respectifs dans cet échange. « (…) chacun d’eux ayant à donner et à être réceptif : le receveur en accordant sa confiance, en se soumettant au donneur et le donneur, en étant ouvert et sensible aux besoins du receveur »[11]. Le massage fait donc référence aux échanges « donner/recevoir » insufflant un processus interactionnel, où la personne massée est rendue actrice de par ce partage.

Le massage auprès des personnes âgées et/ou en situation de handicap

Avec l’avancée en âge et/ou la présence de handicap, le corps et l’esprit réclament davantage d’attention et de soins. Avec l’âge ou le manque de mouvement, le corps peut se raidir et des douleurs spécifiques peuvent se faire jour.

L’accroissement du vieillissement de la population nous incite à développer de nouvelles stratégies d’accompagnement, notamment du côté du mieux-être. Ainsi, le toucher relationnel peut trouver toute sa place dans l’essor des Thérapies Non-Médicamenteuses (TNM) que ce soit auprès des personnes âgées et/ou auprès des personnes en situation de handicap vivant en institution ou à domicile. Le massage bien-être contribue ainsi à l’amélioration de la qualité de vie des personnes.

Nous savons qu’il permet de rompre le sentiment d’isolement ou de solitude si souvent exprimé et qu’il compense en partie la perte et le manque de contacts physiques. Sa composante psychosensorielle favorise et améliore la communication non-verbale entre un professionnel et la personne massée, particulièrement lorsque la parole fait défaut ou se trouve affectée.

Cet échange, unique et singulier, redonne à la personne le sentiment d’exister, d’être important aux yeux d’autrui.

Au-delà de ses effets calmants et apaisants, le massage bien-être permet de recouvrer des sensations de bien-être, de diminuer l’anxiété, de favoriser le sommeil. Il induit également d’une action bénéfique sur certains comportements comme la diminution de l’agitation[12] liés à la douleur ou aux troubles cognitifs par le soulagement progressif des tensions physiques et mentales et par la décontraction musculo-articulaire. Ajoutons encore la diminution de maux comme l’arthrose, les rhumatismes, les douleurs musculaires ou la constipation…

Concernant le massage des mains auprès des personnes âgées, « une recherche Suisse atteste que cette pratique auprès de personnes âgées souffrant de démence contribue effectivement à diminuer leur niveau de stress et d’agitation »[13].

Auprès des personnes âgées et/ou en situation de handicap, il convient de privilégier les massages bien-être sur les parties du corps suivantes, en s’adaptant aux difficultés ou limitations physiques de la personne : visage, tête, nuque, épaules, mains, pieds, dos, zones réflexes du plexus solaire. J’affectionne particulièrement le massage des mains car ce face-à-face, intime et rassurant, est propice aux échanges, aux confidences, à l’expression de souvenirs heureux et dont l’émotion rallume cette petite étincelle de vie dans les yeux des personnes.

Conclusion

Quel que soit le public, « le massage bien-être vise à apporter un apaisement face aux tensions de la vie quotidienne ; Ces gestes antistress créent du lien (…) »[14]. Il est aussi un précieux moment de plaisir partagé ! L’ensemble de ces éléments concourt à promouvoir le massage bien-être comme un outil quotidien de soins et d’accompagnement auprès des séniors et des personnes en situation de handicap.

Offrir cette parenthèse de bien-être où les personnes sont au cœur de notre attention de soignant, où nous leur consacrons un temps privilégié, valorise leur estime de soi, leur redonne ce sentiment de dignité, signant là leur valeur, leur richesse en tant que personne à part entière. 

Pour aller plus loin, découvrez notre formation : Bien-être par le toucher : personnes âgées et/ou en situation de handicap

 

 
[1] ABRASSART JL (2018). Les bons gestes du massage, Trédaniel, p 274.
[2] BRUN C (2015). Le grand livre de la naturopathie, Eyrolles
[3] https://www.fqm.qc.ca/le-massager/massage-modulateur-systeme-nerveux/
[4] LIDELL L, THOMAS S (2000). Le massage, Robert Laffont, p10.
[5] Ibid, p14.
[6] SCHAUB C, VON GUNTEN A, MORIN D (2016). Examen de la portée des connaissances sur les concepts du toucher et du massage et de leurs effets   sur l’agitation et le stress des personnes âgées hospitalisées atteintes de démence, Recherche en Soins Infirmiers, pp. 7-23
[7] MORO BURONZO A (2006). 99 questions à un naturopathe, Médicis, p 94.
[8] Ibid, p 94.
[9] ABRASSART JL (2018). Les bons gestes du massage, Trédaniel, p 272.
[10] LIDELL L, THOMAS S (2000). Le massage, Robert Laffont, p 22.
[11] Ibid, p 22.
[12] ROUSSEAU T (2018). Maladie d’Alzheimer et troubles de la communication évaluation et prise en charge thérapeutique. Elsevier Masson.
[13] SCHAUB C (2018). Les effets apaisants du massage des mains, SANTE MENTALE, n°224, pp 64-69
[14] ALLARD C (2021). Le massage bien-être, Soins Aides-Soignantes, n°101, pp 14-15
Auteur : Nathalie LEMAIRE-BOURELLE, Infirmière et Cadre de Santé, Praticienne en Massage Bien-Être et Naturopathe

Articles susceptibles de vous intéresser

13 mai 2024

Éviter les Chutes, préserver l’autonomie : le Référent Chute et sa quête de sécurité

23 avril 2024

Le nouveau catalogue 2025 est disponible !

02 avril 2024

Hommage à Cécile Boisvert, pionnière en Sciences Infirmières en France

Demande de catalogue

Les champs précédé d’un * sont obligatoires