Skip to content

Semaine 2 : Qu’est-ce que le coaching, qu’est-ce qu’il n’est pas ?

12 mars 2017
Semaine 2 : Qu’est-ce que le coaching, qu’est-ce qu’il n’est pas ?

Dans le monde sportif, outre l’entrainement sur le plan purement physique, le coach considère, aujourd’hui, les dimensions mentales et émotionnelles de l’individu (Angel & Amar, 2007). Ainsi, ce coach, d’un sportif de haut niveau, qui lors d’une interview, insiste sur l’importance de prendre en considération la personne dans son mental ; car dit-il, « les gens se souviennent de celui qui a obtenu, une médaille d’or, d’argent, voire de bronze mais du quatrième, personne ne s’en souvient ». Or, ce « quatrième » a sacrifié une grande partie de sa vie et, souvent, depuis sa plus jeune enfance, pour s’entraîner avec acharnement, en rêvant « à la médaille ou au titre ». Cet entraîneur concluait : « le perdant est celui qui sait ce qu’il fera s’il gagne, le gagnant est celui qui sait ce qu’il fera s’il perd ».

Est-ce que cet engagement presque total de sa vie, ou d’une partie de sa vie, on le retrouve chez les dirigeants et chez les managers ?

On peut le penser… à entendre, ou voir, le temps accordé au travail, ou, le devoir, que se font certains, à passer un grand nombre d’heures sur le lieu de travail. Mais, paradoxalement, certaines études, démontrent que la créativité, les idées nouvelles sont favorisées par des activités multiples. Ainsi, passer sa vie sur son lieu de travail ne serait pas du tout favorable à l’innovation… mais participe plus vraisemblablement à rester le « nez dans les guidons », comme l’expriment fréquemment les managers de l’hôpital.

Alors, peut-être est-ce pour cela que coaching et coachs sont devenus indispensables !

Le coaching en entreprise est apparu dans les années 80. D’abord aux USA, puis en Europe. Réservé aux dirigeants de haut niveau dans les premiers temps, il s’étend désormais à une plus large population de cadres. Il offre un espace pour prendre du recul, de la hauteur sur son fonctionnement, sa posture et les situations auxquelles ils sont confrontés.

Après une période, où les dirigeants hospitaliers ont semblé ignorer, bouder ou dénigrer le coaching, les attitudes évoluent. Le Ministère de la Fonction publique a édité, en 2011, un document «  le coaching professionnel dans la fonction publique » destiné à mieux faire connaître l’outil d’accompagnement que peut être le coaching, son utilité pour « la prise de distance par rapport à l’action » en « laissant « toute sa place à la responsabilité de chacun des acteurs de la ligne managériale ».

De fait, le coaching se différencie de la formation dont la finalité se limite à un transfert de savoirs et savoir-faire, du développement personnel qui s’adresse plus à l’attitude, à la posture. Il n’est pas non plus du conseil. Le conseil présuppose de la part du consultant une expertise forte du secteur sur lequel il intervient, afin de pouvoir proposer un diagnostic et des propositions pertinentes.

Le coaching ne nécessite pas, de la part du coach, une expertise de terrain, mais plus une palette large de savoirs issus de différentes disciplines des sciences humaines (Analyse Transactionnelle, PNL, sociologie des organisations, théorie systémique…) qui lui permet une appréhension des attitudes individuelles et des relations professionnelles de son client.

A travers la relation avec le coach et ses questions, le manager peut « décaler » son regard, voir différemment son action, son interaction avec la situation, ou avec des acteurs parties prenantes… et au final se projeter autrement dans la situation. C’est en ce sens qu’il est fait référence à l’art de la maïeutique. Mais le coach ne doit jamais devenir le thérapeute du client. Il reste dans le champ du professionnel. S’il est possible que le coaching, amène le client à se questionner sur un plan plus personnel et en regard de son histoire personnelle, il pourra faire le choix, ou pas, d’ aller plus loin dans cette démarche, mais elle devra se faire ailleurs, avec un thérapeute et pas avec le coach.

Alors, quand, pourquoi et dans quelles situations choisir des séances de coaching ? C’est ce que nous vous proposons d’approfondir la semaine prochaine…

Auteur : Marie-Claude MIREMONT

Articles susceptibles de vous intéresser

13 mai 2024

Éviter les Chutes, préserver l’autonomie : le Référent Chute et sa quête de sécurité

23 avril 2024

Le nouveau catalogue 2025 est disponible !

02 avril 2024

Hommage à Cécile Boisvert, pionnière en Sciences Infirmières en France

Demande de catalogue

Les champs précédé d’un * sont obligatoires