Skip to content

Le tutorat : un gage d’intégration des futurs et nouveaux professionnels

7 juin 2022
Le tutorat : un gage d’intégration des futurs et nouveaux professionnels

Le « donner envie » signifie :

  • Donner du sens aux actes professionnels
  • Mettre du raisonnement dans la clinique pour être en adéquation avec les besoins des patients, leurs problématiques de santé et en résonnance avec l’équipe pluri professionnelle.
  • Développer un sentiment d’appartenance et la reconnaissance du travail « utile » et de « sa beauté » comme le souligne Christophe Dejours[1].

Tutorer engage les tuteurs à repenser leurs pratiques à partir des 4 compétences définies dans l’instruction du 4 novembre 2016 relative à la formation des tuteurs de stages paramédicaux

  • Les compétences organisationnelles :
  • Les compétentes relationnelles
  • Les compétences pédagogiques
  • Les compétences réflexives

Pour ce faire, il ne s’agit pas de tutorer les jeunes professionnels mais de les coacher tel un entraîneur sportif en s’appuyant sur les méthodes de motivations et de renforcement positif qui permettent aux apprenants de gagner de la confiance en soi et de favoriser l’émulation.

  • Faire confiance en responsabilisant.
  • S’adapter aux individualités.
  • Partir de ce que savent les apprenants.
  • Viser la finalité et non le chemin à emprunter.

Ainsi le Grieps propose dans sa formation « TUTORAT DES STAGIAIRES PARAMÉDICAUX 28H » des outils pragmatiques issus des techniques de coaching applicables aux situations professionnelles rencontrées dans les univers de soins.  Il permet de revoir de A-à-Z le dispositif d’évaluation, dont l’évaluation des compétences en lien avec les situations prévalentes et les critères et indicateurs des référentiels de formation.

Le Grieps outille les professionnels pour faire coïncider les situations de travail auxquelles sont confrontés les apprenants avec « l’évaluation contrôle » mais surtout « l’évaluation accompagnement » (Vial)[1] qui vise le soutien et l’individualisation de l’apprentissage – gage de réussite d’un tutorat ! Dans cette logique, nous adaptons la règle proposée par J. Tardif[2] : «  Dans l’approche par compétence, au-delà de la performance,  tenir compte de la progression ».

Le Grieps est convaincu qu’un tutorat de qualité, s’appuie sur des techniques innovantes et individualisées. Il concoure ainsi à la construction d’une culture professionnelle et à l’appartenance à un collectif de travail.

N’omettons pas aussi que le « donner envie » signifie également :

  • Ne pas dégoûter, à travers des plaintes, des récriminations qui n’encouragent pas à persévérer dans l’apprentissage. Se plaindre est avant tout une manière de réclamer de la reconnaissance.

Un tutorat de qualité favorise l’insertion et l’intégration des jeunes professionnels dans le monde du travail, et répond aux besoins de stabilité et de permanence des compétences professionnelles exigées par les établissements. Le tutorat de qualité est une des clés pour faire face au défi du manque de personnel paramédical des prochaines années.

 


[1] Vial M. (1999) Modèles et logiques de l’évaluation: « Modèles et logiques de l’évaluation », colloque international, Ethique et qualité dans l’évaluation, Université de Reims Pol’evalue, 25/26 octobre
[2] Tardif J. (2006) L’évaluation des compétences – Documenter le parcours de développement, Chenelière Education
[1] Dejours Christophe, (2003) L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Paris, INRA Editions
Auteur : Hélène BELOU, Experte en pédagogie au GRIEPS et Anne-Sandrine CASTELOT, Responsable du domaine Management au GRIEPS

Articles susceptibles de vous intéresser

02 avril 2024

Hommage à Cécile Boisvert, pionnière en Sciences Infirmières en France

18 mars 2024

La posture éducative : comment évaluer son apprentissage ?

29 février 2024

L’observation clinique en psychiatrie, approche sémiologique

Demande de catalogue

Les champs précédé d’un * sont obligatoires