Skip to content

Parcours de compétences : l’éventail des possibles

7 septembre 2022
Parcours de compétences : l’éventail des possibles

Liberté de choisir son avenir professionnel

La loi n°2018-771 du 5 septembre 2018[1] pour la liberté de choisir son avenir professionnel a généré des transformations au niveau des organismes de formation professionnelle, ainsi que sur la gouvernance du système de formation. Nous en relevons ici seulement trois points :

  • L’« action de formation » se définit désormais comme « un parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel » : c’est l’optimisation de l’employabilité qui est visée. Ainsi l’ingénierie pédagogique a une orientation expérientielle et collaborative avec des modalités variées : Présentiel, FOrmation Ouverte À Distance (FOAD) et Action de Formation En Situation de Travail (AFEST).
  • Le plan de formation est devenu le plan de développement des compétences depuis le 1er janvier 2019.

Le plan de développement des compétences est un outil de pilotage et d’organisation de la formation professionnelle pour l’établissement employeur. Il a pour objectif de faire progresser les compétences des salariés. « L’accès des salariés à la formation professionnelle est assuré à l’initiative de l’employeur dans le cadre d’un plan de développement des compétences » (article L 6321-2 du code du travail).

  • Le compte personnel de formation (CPF), est le nouveau dispositif disponible, crédité en euros, pour tout professionnel désireux de se former. En amont, il est possible de recourir au Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) pour affiner son projet de formation. L’accès au CPF est restreint aux formations certifiantes : il s’agit de permettre aux personnes de monter en compétences via des certifications reconnues sur le marché du travail. À ce jour le CPF n’a pas encore produit les effets attendus[2].

Développement de compétences professionnelles

Créée en janvier 2019, France compétences[3] est l’unique instance de gouvernance nationale de la formation professionnelle et de l’apprentissage (cf. loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018, art. 36). France compétences a pour mission d’assurer le financement, la régulation et l’amélioration du système de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Placée sous la tutelle du ministre en charge de la formation professionnelle, France compétences a notamment pour objectifs :

  • d’agir pour le développement des compétences et l’acquisition des certifications professionnelles,
  • de contribuer à une égalité d’accès pour tous les actifs.

Définition de la compétence professionnelle. Elle peut être envisagée comme la combinaison de « savoirs » en action, mobilisés en vue de réaliser une activité professionnelle. Elle « s’apprécie, en tant qu’acquis selon des modalités adaptées permettant d’en certifier la possession et au regard de l’atteinte d’un résultat pour un niveau d’exigence prédéterminé. La compétence contribuant à la réalisation d’une activité, il convient de retenir que la cohérence du référentiel d’activités constitue les fondations du référentiel de compétences » (source, France Compétences, 2022).

Certification professionnelle. C’est une reconnaissance officielle des compétences et des connaissances professionnelles facilitant l’accès à l’emploi et la sécurisation du parcours professionnel. Il existe deux grandes catégories de certification à visée professionnelle.

  1. Celles qui attestent de compétences et connaissances professionnelles requises pour exercer un métier. Enregistrées au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) avec indication obligatoire d’un niveau allant de 1 à 8, elles sont constituées de blocs de compétences (ensembles homogènes et cohérents de compétences), (cf. France compétences, note de relative aux blocs de compétence, 24 septembre 2019).
  2. Celles qui attestent de compétences professionnelles transversales ou complémentaires aux certifications professionnelles (exemple certification complémentaire à un métier). Elles sont enregistrées au Répertoire Spécifique (RS) et excluent la déclinaison en blocs de compétences. En revanche, une correspondance peut être mise en place entre une certification enregistrée au RS et des blocs de compétences appartenant aux certifications professionnelles figurant au RNCP.

Transformations majeures du secteur de la santé

Dans le cadre d’une démarche prospective, le rapport de l’OPCO Santé (2020)[4] élargit l’éventail des possibles en matière de formation dans le secteur de la santé à l’horizon 2040. Pour rappel, le « secteur de la santé » est le regroupement de l’ensemble des activités de soins, prise en charge et accompagnement, ainsi que les établissements, services et autres structures sanitaires, médicosociales et sociales.

L’émergence et le développement d’innovations majeures (les technologies du digital, de l’intelligence artificielle et des big data), l’accroissement de la chronicité des maladies, le vieillissement de la population, les attentes/exigences des patients et des usagers pour une prise en charge et un accompagnement réellement personnalisés et individualisés, le souhait de beaucoup d’être « acteurs » de leur propre santé et de pouvoir décider d’une trajectoire de santé et de vie… sont quelques indices laissant entrevoir les nécessaires transformations à conduire dans les années à venir. Toutes les évolutions requièrent non seulement de faire évoluer un certain nombre de métiers mais aussi de définir les nouvelles compétences professionnelles et les nouveaux métiers qui permettront à l’ensemble des professionnels du secteur d’accompagner les transformations à venir.

Quatre recommandations émergent pour soutenir le déploiement de nouveaux métiers dans le champ de la santé :

  • Recommandation 1 : Nécessaires évolutions vers des modalités pédagogiques de formations expérientielles et collaboratives. C’est la logique de la formation-action qui devra prévaloir, encourageant les formations de type Blended-Learning (formations mixtes) et les formations délivrées sur les sites d’organisation du travail au plus proche du cœur de la vie professionnelle (Formation En Situation de Travail).
  • Recommandation 2 : Organiser des parcours de formation « tout au long de la vie » en raison de l’accélération du renouvellement des connaissances et des expériences et pour accroître l’attractivité du secteur.
  • Recommandation 3 : Accompagner en formation la valorisation d’expériences, les évolutions sur le terrain de plus en plus rapides et de plus en plus importantes sous forme d’« open badges ».
  • Recommandation 4 : Favoriser l’accompagnement managérial et stratégique aux transformations des métiers pour mieux appréhender et anticiper les développements attendus du système de santé, tant économiques et sociaux, qu’institutionnels et technologiques.

Plus récemment le rapport de l’Igas[5] (décembre 2021), dans la même orientation, fait état de constats, de mesures diverses et d’importance variée pour donner un nouvel élan à la formation professionnelle en santé.

In fine en termes de santé, les enjeux sont multiples. Il s’agit de promouvoir le développement de compétences et de faire évoluer les modèles économiques et pédagogiques. Les deux rapports cités et les orientations de France Compétences ouvrent une nouvelle voie pour anticiper l’éventail des possibles en termes de parcours de compétences.

Nourri de cette volonté prospective, depuis son origine, le GRIEPS accompagne et continue d’accompagner « les établissements sanitaires et médicosociaux et les professionnels de santé salariés et libéraux à répondre aux besoins de santé de la population et à s’adapter aux mutations de l’environnement sur les plans cliniques, organisationnels et managériaux » (GRIEPS fondé en 1976 par Janine ROBERT-LACAZE).

Pour aller plus loin avec le GRIEPS et découvrir nos propositions de parcours de compétences en Oncologie conçu par Nadine Esnault


 

 

[2] Rapport : IGAS N°2021-047R/IGESR N°2021-218  La formation continue dans la fonction publique hospitalière, (décembre 2021). https://igas.gouv.fr/IMG/pdf/2021-047r.pdf

 

[3] https://www.francecompetences.fr/

 

[4] Les rapports de l’observatoire. Prospective des métiers de la santé à l’horizon 2040. OPCO Santé, 2020.

 

[5]Igas (décembre 2021). Rapport :  La formation continue dans la fonction publique hospitalière. https://igas.gouv.fr/IMG/pdf/2021-047r.pdf
 

 

Auteur : Nadine ESNAULT – Formatrice-Consultante au GRIEPS, Docteure en Sciences de l’Éducation, Responsable de domaines au GRIEPS

Articles susceptibles de vous intéresser

03 juillet 2024

Fermeture estivale du 5 au 16 août

13 mai 2024

Éviter les Chutes, préserver l’autonomie : le Référent Chute et sa quête de sécurité

23 avril 2024

Le nouveau catalogue 2025 est disponible !

Demande de catalogue

Les champs précédé d’un * sont obligatoires